Archéologie : découverte d’un camp romain dans la capitale morave

Auteur:   Alžběta Ruschková  – Radio Praha

Au cours de leurs expéditions contre les diverses tribus barbares, les armées romaines sont parvenues jusqu’au territoire de l’actuelle ville de Brno. C’est du moins la conclusion de récentes fouilles archéologiques qui ont mis au jour, dans la capitale de la Moravie, un camp romain datant du IIe siècle de notre ère.

 

Il s’agit d’une découverte importante pour l’archéologie morave, et pas seulement. Les archéologues de Brno ont trouvé, grâce à des fouilles préventives liées à la construction prochaine de deux nouvelles maisons, la toute première trace de la présence de soldats romains dans la ville. Les vestiges de l’ancien camp militaire se trouvent rue Vojtova, pas très loin du centre de la métropole. L’archéologue Václav Kolařík de la société Archaia, en charge de ces fouilles, présente la trouvaille :

« Ce camp date de l’époque des guerres marcomanes. Entre les années 166 et 180 de notre ère, les Romains ont été en guerre avec des tribus germaniques du Moyen Danube. Ce camp a été construit plus précisément pendant l’offensive romaine, entre 172 et 180. »

Au cours du IIe siècle, les ravages dus aux invasions des peuples barbares, et notamment germaniques, dans l’Empire romain ont forcé les armées romaines, avec en tête l’empereur Marc Aurèle, à se rendre à Barbaricum, territoire au-delà du contrôle de Rome. Plusieurs camps militaires ont été ainsi construits également sur le territoire de l’actuelle Moravie, la partie est de la République tchèque, habitée à l’époque par les Marcomanes et les Quades. Par le passé, un camp romain a été découvert par exemple dans la ville de Modřice, pas très loin de Brno. C’est cependant avant tout la région de Břeclav, en Moravie du Sud, qui a été le théâtre des expéditions romaines contre les barbares, comme l’explique Václav Kolařík :

 

 

« Sur leur chemin au nord du Danube, les Romains ont construit des camps qui assuraient leur avancée sur le territoire des barbares. En République tchèque, la plus grande concentration de ces camps se trouve près des lacs de Nové Mlýny, à Mušov, et puis à Přibice et à Ivaň. D’autres camps ont été découverts également en Moravie centrale, notamment à Olomouc, près des villes de Kroměříž et de Hulín, ou encore à Jevíčko. »

A la différence du camp de Mušov, où ont été construits plusieurs bâtiments en pierre, le camp de Brno ne servait que d’emplacement temporaire de petite capacité, ne pouvant héberger plus d’une unité de soldats romains. Les tentes, dressées sur une surface de plusieurs centaines de mètres carrés, étaient protégées par un rempart :

« Il s’agissait d’un des points d’appui des Romains sur leur chemin vers Barbaricum. Cette localité se trouve au bord de la rivière Svratka, près d’un gué important. Le camp avait pour objectif la surveillance de ce gué et d’assurer ainsi aux soldats romains une avancée tranquille à l’intérieur du pays. Il a fonctionné également comme station d’approvisionnement pour les unités qui avaient déjà traversé la rivière. »

« Dans les vestiges des camps militaires romains, il est parfois possible de trouver également quelques objets utilisés par les soldats. Ces découvertes sont toutefois rares. A Brno, nous avons découvert notamment un pot en céramique, presqu’entier, utilisé très probablement pour préparer le repas. Ce pot s’est cassé et les soldats l’ont donc abandonné sur place. Nous avons également trouvé un ornement en bronze qui faisait partie de l’armure des légionnaires romains. »

Les fouilles sur place s’achèveront à la mi-janvier. Les objets trouvés seront ensuite déposés au Musée de la ville de Brno.

Laisser un commentaire

Fermer le menu